projet-fermeture

Les travaux en cours

En complément de sa mission quotidienne de surveillance et d’entretien du site de stockage et conformément à la demande que lui a faite l’Etat en décembre 2012, le maître d’ouvrage StocaMine et/ou les Mines de Potasse d’Alsace (MDPA) ont engagé et poursuivent actuellement la réalisation de différents travaux et études :

  • des aménagements nécessaires à toute opération de déstockage :
    • l’aménagement du puits Joseph (puits d’accès au stockage) pour les transports de charges lourdes ;
    • l’extension de la « zone franche » (zone où les opérateurs ne sont pas contraints d’utiliser du matériel de sécurité spécifique contre le grisou) pour ouvrir au mieux la possibilité de trouver des opérateurs capables de répondre au marché de déstockage ; la zone franche couvre aujourd’hui le secteur proche des puits J
oseph et Else, il s’agit de l’étendre à l’ensemble du stockage et de ses galeries d’accès ;
    • la fiabilisation des installations et équipements vieillissants.
  • pour débuter la mise en œuvre du projet qui a fait l’objet du dossier de fermeture déposé le 24 juin 2013 auprès du Préfet du Haut-Rhin (c’est-à-dire le scénario 1 : déstockage partiel des blocs 21 et 22, soit la sortie de 56 % du mercure) : 

    • des travaux miniers de remise à section des galeries du circuit de déstockage pour permettre la réalisation des travaux de déstockage ;
    • l’engagement de travaux préparatoires au déstockage, notamment des essais pour éprouver les procédures de sécurité avec les personnels de StocaMine, des MDPA, du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) et des entreprises spécialisées.
  • en vue du confinement de durée illimitée (confinement des galeries de stockage une fois le déstockage réalisé et quels que soient les scénarios) :
    • des mesures de perméabilité des terrains au droit des futurs scellements du stockage et des modélisations pour estimer l’évolution dans le temps ;
    • la vérification de l’étanchéité du toit (plafond) du stockage en vue de traiter si nécessaire ;
    • le forage d’un sondage à – 890 mètres dans l’ancienne mine « Amélie » pour suivre le niveau d’ennoyage.